nom de domaine
MERIAM SELLAMI

MERIAM SELLAMI

Nom de domaine web et nouvelles extensions

Depuis quelques années, l’extension d’un nom de domaine web ne se limite plus aux traditionnels « .com », « .net », « .fr »... En effet, des centaines de nouvelles extensions ont fait leur apparition : « .party », « .shop », « .cool »… Elles forment souvent des mots complets, la plupart du temps en anglais. Recourir à ces extensions peut être tentant, elles ont un certain nombre d’avantages, mais également quelques inconvénients

Avantages des nouvelles extensions

Pour un site perso, faites-vous plaisir ! Les nouvelles extensions de nom de domaine web offrent toutes les fantaisies. Vous pouvez vous en servir pour faire des jeux de mots, par exemple, et pour amuser vos proches.

Professionnellement, ces extensions permettent de se démarquer de la concurrence et de se positionner comme une entreprise innovante. De fait, elles sont plus faciles à identifier et à mémoriser.

Inconvénients des nouvelles extensions dans un nom de domaine web

Vous pouvez utiliser ces extensions sans retenue pour un site personnel, mais elles présentent quelques inconvénients pour un site pro.

D’une part, elles n’ont aucun intérêt pour faciliter le référencement naturel du site. Ça n’est pas un défaut en soi, mais Google favorise les extensions « .fr » auprès des internautes français, par exemple.

D’autre part, les clients ne sont pas encore complètement habitués à ce changement. Une extension « .party » ou « .store » peut sembler très innovante. Pourtant, dans certains corps de métier, une extension traditionnelle inspirera plus confiance. Devant le nombre de cyberattaques toujours élevé, certains peuvent considérer (à tort) une extension inconnue comme un risque.

Enfin, le tarif d’un nom de domaine web avec une nouvelle extension peut être rédhibitoire. Une adresse en « .com » ou « .fr » vous coûtera quelques euros annuels. Les nouvelles extensions les plus demandées peuvent dépasser 100 euros par an. C’est un budget à prendre en compte et à mettre dans la balance.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Partager cet article