sous domaine
MERIAM SELLAMI

MERIAM SELLAMI

Contenus tiers en sous-domaine : Google n’est pas dupe

Au cours des 24 derniers mois, de nombreux sites web populaires — souvent des sites média/presse — ont créé des sous-domaines qu’ils ont ouverts aux internautes désireux de créer un blog perso. Ces derniers pouvaient ainsi publier des articles en profitant de la popularité du site. Toutefois, Google a rapidement découvert ces contenus tiers en sous-domaine et il a tenu à rappeler qu’il n’était pas dupe.

Les contenus tiers en sous-domaine

Parce qu’il est primordial de générer toujours plus de trafic et d’être bien référencé (en savoir plus sur les erreurs les plus fréquentes pour le référencement), il est fréquent que de nouvelles pratiques soient mises en œuvre sur le web par les gestionnaires de sites Internet.

Par exemple, ces derniers mois, de nombreux sites évoluant dans la sphère de la presse et des médias ont autorisé les contenus tiers en sous-domaine. Le principe est simple puisqu’il suffit pour un site de créer un sous-domaine et de laisser les internautes qui le désirent publier des articles dans un blog perso mis à leur disposition.

Tout le monde a à y gagner puisque le site web profite du trafic généré par les contenus tiers en sous-domaine — sous-domaine qui prend la forme blog.adressedusite.fr — alors que les auteurs tiers bénéficient d’un plus grand nombre de visites grâce à la popularité du nom de domaine (découvrir où enregistrer un nom de domaine de manière fiable).

Cette pratique est tout à fait légale mais Google a bien compris qu’on cherchait là à duper son moteur de recherches. En effet, hors de question pour la firme américaine de donner la même valeur à un article de presse rédigé par un journaliste et à un article de blog écrit par un quidam dont il ne connaît rien juste parce que les deux contenus sont publiés sur un même site Internet.

Google remet les pendules à l’heure

Comme a tenu à l’indiquer l’expert SEO Olivier Andrieu sur son blog, l’équipe de communication Google a pris soin d’informer les webmasters via Twitter qu’elle avait noté la tendance forte sur Internet que sont les contenus tiers en sous-domaine. Elle précise aussi : « nos systèmes s’améliorent pour mieux savoir quand un tel contenu est indépendant du site principal et le traiter en conséquence ». Cela veut tout dire…

D’ailleurs, ceux qui n’auraient pas compris le message qu’entend faire passer Google peuvent compter sur davantage de précisions : « Dans l’ensemble, nous vous recommandons de ne pas laisser d’autres personnes utiliser des sous-domaines ou des sous-dossiers dont le contenu est présenté comme s’il faisait partie du site principal, sans surveillance étroite ou sans la participation du site principal. (…) Notre conseil est que si vous voulez réussir dans votre SEO, fournissez du contenu à valeur ajoutée à partir de vos propres efforts et reflétant votre propre marque. »

Pas la peine donc d’essayer de « tricher » avec des contenus tiers en sous-domaine…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur pinterest
Partager sur email

Partager cet article