Les sites Internet décentralisés, l’avenir du web
MERIAM SELLAMI

MERIAM SELLAMI

Les sites Internet décentralisés, l’avenir du web ?

Alors que des sites Internet décentralisés émergent, il reste pour l’heure l’œuvre d’activistes. Aussi, nous vous proposons aujourd’hui de découvrir ce que sont ces sites web. Puis, dans un second temps, nous réfléchirons au fait qu’ils puissent constituer l’Internet de demain !

Des sites Internet décentralisés, c’est quoi ?

Autant que vous le sachiez tout de suite, le principe de décentralisation est très abstrait. Ne soyez donc pas surpris si vous êtes quelque peu dérouté en lisant la suite de cet article…

L’Internet décentralisé, parfois baptisé web 3.0, veut que chaque site soit relativement autonome par rapport aux acteurs du marché. En d’autres termes, les sites Internet décentralisés sont impossibles à supprimer ou à désindexer des moteurs de recherche.

Pour créer un site Internet décentralisé, il faut se passer d’un hébergement et d’une diffusion centralisés en un point. En effet, la distribution de l’hébergement comme de la diffusion doit se faire via les nombreux nœuds d’un réseau. Ainsi, un hébergeur web ne pourra pas avoir de contrôle sur le contenu du site.

La décentralisation pour dire stop à la surveillance ?

Si quelques-uns prônent un Internet décentralisé, force est de constater que ce n’est pas côté déploiement des sites qu’il faut chercher un avantage. En effet, des sites Internet décentralisés sont moins simples, moins rapides et plus onéreux à déployer !

Mais en quoi sont-ils donc réellement intéressants ? Eh bien, ils permettent de passer outre les radars des géants de l’Internet. La centralisation du web est telle que Google, Amazon et quelques autres se partagent les données sans sourciller. Or, il n’existe pas d’alternatives réelles à ce modèle. C’est pourquoi la décentralisation peut être la réponse tant attendue… Avec elle, la censure n’aurait plus sa place tout comme les blocages. D’ailleurs, cela vaut autant sur le plan politique qu’économique, certaines entreprises ayant aujourd’hui un poids tel qu’elles pourraient exclure un concurrent très aisément.

Cette décentralisation de l’Internet, plutôt complexe de prime abord, pourrait s’appuyer sur le protocole IFPS. Comparable à HTTP, il permettrait de mettre en place des sites Internet distribués dans le réseau.

Pour l’heure, une généralisation de la décentralisation semble une douce utopie portée par quelques activistes du web libre.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur pinterest
Partager sur email

Partager cet article