Nom-de-domaine-dun-site-web-et-cybersquatting​

Nom de domaine d’un site web et cybersquatting

Le cybersquatting, comment ça marche ?

Le cybersquatteur enregistre le nom de domaine d’un site web alors que celui-ci devrait appartenir à une autre personne. Cela peut ainsi concerner une marque, une dénomination sociale, un sigle, un organisme… ou même un nom commun.

Les conséquences du cybersquatting (ou cybersquattage) sont multiples.

Le trafic naturel lié à la marque peut être détourné. Le cybersquatteur peut mettre à profit le nom de domaine pour engendrer des revenus publicitaires. Le nom de domaine peut être employé dans une campagne de phishing (hameçonnage). Dans ce cas, il donne une fausse crédibilité à un message électronique frauduleux. Les cybersquatteurs ont également parfois pour but d’altérer l’image d’une entreprise ou de lui faire de la concurrence déloyale.

Enfin, le cas de figure le plus courant est une revente du nom de domaine à prix d’or. C’est le dénouement de la plupart des contentieux.

Nom de domaine : comment se protéger du cybersquatting ?

Aujourd’hui, il est impossible de se préserver complètement du cybersquatting, surtout avec les centaines de nouvelles extensions disponibles. Mais réserver d’office le nom de domaine en « .com » et « .fr » est un bon début.

Il existe d’autres moyens pour prendre ses précautions au moment de l’achat du nom de domaine d’un site web. Commencez par réserver votre nom de domaine avant d’enregistrer votre marque auprès de l’INPI. En effet, certains cybersquatteurs surveillent l’apparition des nouvelles marques et achètent immédiatement le nom de domaine correspondant.

Enfin, faites attention à l’échéance du renouvellement de votre nom de domaine. C’est parfois seulement à ce moment-là qu’a lieu le cybersquatting.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Partager cet article

partager cet article

conseils dimensionnement

Site Vitrine

Pour un site vitrine ou plus globalement des sites ne contenant que peu de contenu dynamique, la configuration de base suffit.

conseils dimensionnement

Blog

Les besoins en performance pour un blog dépendent principalement du trafic que vous aurez. Par exemple, pour un blog en cours de création ou pour un blog famillial, nul besoin de prendre des ressources supplémentaires. Si votre blog accueille plus de 500 visiteurs uniques par jour, nous vous conseillons de sélectionner des ressources de 1 CPU et 1 Go de RAM pour les serveurs WEB et SQL. Si vous dépassez les 3000 visiteurs uniques par jour, nous vous conseillons au moins 2 threads et 2 Go de RAM pour le serveur WEB et 1 CPU et 1 Go de RAM pour le serveur SQL.

conseils dimensionnement

Site E-commerce

Les sites E-commerce sont des sites gourmants en ressources et nécessitent des ressources allouées.
Si vous êtes en phase de développement ou que vous ne vendez pas trop d'articles différents, vous pouvez vous contenter de 1 thread CPU et d’un 1 Go de Ram.
Si vous avez beaucoup d’articles avec des déclinaisons multiples, le besoin en ressources va rapidement augmenter.