amazone
MERIAM SELLAMI

MERIAM SELLAMI

Nom de domaine libre : Amazon a le monopole

Depuis 2011, de nouvelles extensions (« .shop », « .cool »…) ont fait leur apparition, aux côtés des traditionnels « .com » ou « .fr ». Ces extensions sont proposées à l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) par des entreprises ou communautés. Elles permettent de trouver plus facilement un nom de domaine libre. Il arrive qu’une société obtienne l’exclusivité de l’utilisation de sa marque comme extension. C’est le cas d’Amazon, après plus de 7 ans de procédure.

Trouver un nom de domaine libre et original

Les nouvelles extensions n’ont pas d’impact sur le référencement naturel, même celles qui font référence à une zone géographique. En revanche, elles permettent de se démarquer avec un nom de domaine facile à mémoriser et novateur. Amazon l’a bien compris en requérant dès 2012 l’exclusivité de l’extension « .amazon » et de ses variantes. Huit pays limitrophes de l’Amazonie ont demandé à l’ICANN d’interdire cette exclusivité, au nom de la défense du patrimoine culturel. Le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Colombie, le Vénézuela, l’Équateur et le Surinam ont eu gain de cause en 2014. Il est devenu possible de réserver un nom de domaine libre avec l’extension « .amazon ». Mais le groupe Amazon n’a pas dit son dernier mot et enclenché une procédure judiciaire.

L’exclusivité du géant Amazon sur son extension

L’ICANN a d’abord demandé aux parties de trouver un accord amiable. Amazon a proposé à ses opposants l’équivalent de 5 millions de dollars pour renoncer à l’extension « .amazon ». Le groupe a également mis sur la table des négociations des extensions spécifiques, telles que « .br.amazon ».

Enfin, sans accord après plus de 7 années, c’est finalement l’ICANN qui a tranché. Amazon gardera l’exclusivité de l’extension « .amazon ». Mais la société doit s’engager à respecter quelques contraintes. Ainsi, les sites concernés ne doivent jamais parler directement de l’Amazonie. De plus, les pays limitrophes conservent l’utilisation de noms de domaines dérivés, uniquement à des fins non commerciales.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Partager cet article